Transformer-ses-blessures

 

Transformer ses blessures en sagesse: le pouvoir de transformer sa douleur en force (les personnages les plus éminents portent en eux des cicatrices)

 » Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l’intérieur de vous. C’est de l’énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.  » – Eckhart Tolle

Au fil du temps, nous réalisons que nous avons rencontré de nombreux obstacles et événements traumatisants qui ont profondément changé la personne que nous sommes. Même dans les familles les plus saines, certains jeunes peuvent avoir d’importantes blessures émotionnelles. Et malheureusement, nous ne pouvons pas toujours empêcher de telles éventualités.

Peut-être que le destin avait quelque chose en tête pour nous, ou qu’il voulait catalyser un développement qui donnerait naissance à un traumatisme. 

Les choses qui nous blessent peuvent parfois nous paralyser.

Mais elle peuvent aussi nous faire entrer dans une puissante phase de croissance

« Les souffrances ont donné vie aux plus grandes âmes, les personnages les plus éminents portent en eux des cicatrices. » ~ Kahlil Gibran

Mais cela nécessite un effort résolu, et d’avoir une autre perspective sur ce que cela implique d’être blessé et de ressentir un traumatisme émotionnel. Pour cela, nous devons changer notre perspective en regardant nos blessures comme des « saintes plaies ». Nos saintes plaies peuvent devenir ainsi une grande source de développement personnel. 

Comme l’a écrit John Keats, « Ne voyez-vous pas combien un monde de douleurs et de peines est nécessaire pour éduquer une intelligence et en faire une âme? ». En effet, considérer nos blessures comme étant sacrées, c’est permettre à l’ego de devenir une âme.

Si nous voulons bien vivre, nous devons apprendre à percevoir nos plaies émotionnelles comme étant « saintes ».

La capacité d’avoir un engagement authentique avec la vie exige le courage de faire face à notre douleur et à notre chagrin antérieur, ainsi que la capacité de les cultiver et de les faire progresser. Dans tous les cas, la douleur et le chagrin seront toujours là. La question est de savoir si nous sommes assez courageux pour les transformer en quelque chose qui peut progressivement améliorer notre âme.

Pema Chödrön a dit:

« Les choses qui s’écroulent sont une sorte d’épreuve, mais aussi une sorte de guérison. On pense que l’essentiel est de venir à bout de l’épreuve ou de triompher du problème, mais la vérité est que les choses ne sont jamais vraiment résolues. Il y a réconciliation puis écroulement. On les réconcilie encore et elles s’écroulent de nouveau. La guérison vient de ce qu’on laisse comme espace pour que tout ça se produise : de l’espace pour la douleur, pour le soulagement, pour la tristesse, pour la joie. »

Laisser un espace c’est mettre à disposition un espace sacré où nous pouvons laisser notre douleur être pleinement présente.

Relativement peu connue, Akhilandeshvari ou ‘Déesse jamais-pas-brisée’ , est la déesse de l’univers entier dans la mythologie hindoue. (https://www.espritsciencemetaphysiques.com/pourquoi-il-est-bon-de-fondre-en-larmes-et-de-se-briser-en-petits-morceaux.html).

Cette déesse incarne la capacité de se ressaisir et de s’effondrer, encore et toujours. Elle est la personnification même de l’annihilation saine, l’archétype de la vicissitude.

Elle se brise pour pouvoir se regrouper en une entité plus puissante. Justement c’est parce qu’elle est capable de fondre en larmes et de se briser en petits morceaux qu’elle est si puissante. 

Quel changement de perspective!

La vraie force ne réside pas dans la plénitude, mais dans notre capacité à nous écrouler et à nous ressaisir à nouveau, de passer de la rupture à la plénitude, et ainsi de suite. Il s’agit de notre capacité à transformer notre douleur en force. La désintégration est ce qui se passe lorsque nous subissons un traumatisme. « Se ressaisir » à nouveau affirme que notre cicatrice est derrière nous.

S’adapter à la nouvelle façon dont nous nous sommes reconstitués c’est honorer notre « sainte plaie ». 

La douleur et la souffrance font partie de la vie. C’est ce qui rend vivant.

La guérison de nos saintes plaies peut prendre toute une vie, mais il s’agit avant tout de commencer le processus de guérison. Les personnes les plus sages éprouvent généralement plus de douleur. 

Pouvoir s’effondrer et revenir à la vie de façon novatrice est la quintessence même de la sagesse.

Faire face à la douleur, c’est comme regarder dans le ravin et craindre le pire. C’est comme être mis face à nos plus grands démons. 

Mais avec un peu de pratique, et un peu de polissage, nous pouvons transformer ces démons en diamants.

Le Moi aux multiples facettes

Nous pouvons transformer cet abîme en un miroir reflétant une croissance infinie.  « Pensez à la naissance d’une perle », écrit Bill Plotkin, « le minuscule grain de sable dans l’huître crée une irritation que l’huître cherche à éliminer en le recouvrant de couches successives de nacre, et qui au final produit une perle ». Le grain de sable chez l’huître peut être transformé en perle, tout comme la douleur chez l’homme peut être transformée en force.

Au Tibet il existe un dicton qui dit: « La tragédie devrait être utilisée comme une source de force ». En fin de compte, la vie est une douleur. Et nous devons apprendre à bien ressentir cette douleur. En réalité, c’est tout un art de cultiver ses saintes plaies.

Comme l’a dit Bouddha:

« La douleur est inévitable, mais la souffrance est facultative ». Lorsque nous résistons à la douleur, nous créons davantage de douleur, et celle-ci est appelée « souffrance ». 

Lorsque nous pouvons embrasser notre douleur, avec un échange chaleureux et paisible, nous acquérons la capacité de transformer nos blessures en saintes plaies, et nous contribuons à en limiter l’ampleur.

Il faut beaucoup de courage pour se tourner vers les ténèbres et faire briller notre lumière…

Donnons-nous le courage de nous retourner, de faire face à notre douleur, de faire briller notre propre lumière, et de voir combien de démons nous pouvons transformer en diamants.

Il y a beaucoup de blessures que nous pouvons transformer en sagesse, beaucoup de douleur que nous pouvons transformer en force afin de devenir des êtres aux multiples facettes. Nous avons le pouvoir de panser nos plaies les plus profondes.

 » On peut tout dévoiler en l’exposant à la lumière, et tout ce qui est ainsi exposé devient lui-même lumière.  » – Saint Paul

 

Source : https://www.espritsciencemetaphysiques.com/transformer-ses-blessures-douleur-en-force.html